Chien policier et pistolet à impulsion électrique pour maîtriser un perturbateur violent à Oissel


Mardi 12 Mars 2019 à 14:40

Trop alcoolisé, son amie a refusé de lui ouvrir sa porte. Il a alors tenté d'entrer par la force et de la frapper, avant de s'en prendre aux policiers venus l'interpeller



L'homme été touché à, une jambe par une décharge électrique  - Illustration
L'homme été touché à, une jambe par une décharge électrique - Illustration
Dans la soirée d'hier, lundi 11 mars, vers 21 heures, un équipage de la brigade canine a été appelé à intervenir pour un perturbateur au domicilie d'une femme domiciliée rue Pasteur à Oissel (Seine-Maritime). En arrivant à l'adresse indiquée, les policiers ont remarqué la présence d'un homme dans le jardin tenant une canette de bière à la main.

Lors du contrôle, l'individu, âgé de 36 ans, sérieusement éméché tenait des propos incohérents. Il a déclaré aux policiers être venu rendre visite à une amie qui a refusé de le laisser entrer chez elle.

Il veut entrer en force

De fait, la femme, âgée de 38 ans, a expliqué ce refus en raison de l'alcoolisation de son ami. Elle a précisé que ce dernier avait voulu entrer de force et tenté de la frapper, avant de parvenir à refermer sa porte. L'homme s'est ensuite acharné sur les volets roulants de l'habitation.

Lorsque les forces de l'ordre lui ont notifié son interpellation, l'individu a opposé une vive résistance. Les fonctionnaires ont dû alors utiliser leur chien pour le neutraliser et le faire chuter au sol, percuté par l'animal muselé au niveau du thorax.

Maîtrisé avec un pistolet électrique

Toujours très excité et violent, le trentenaire a refusé de monter dans le véhicule de police et a entraîné un policier avec lui au sol. Il a finalement été maîtrisé à l'aide du pistolet à impulsion électrique en mode contact : il a reçu une décharge au niveau d'une jambe.

Le mis en cause, originaire de Saint-Etienne-du-Rouvray, a été placé en dégrisement puis en garde à vue pour tentative de violation de domicile, violences volontaires et rébellion.



















AGENDA










Suivez-nous sur Facebook