Yvelines : un mur d'enceinte extérieur de la prison de Poissy s'effondre


Jeudi 28 Mars 2019 à 17:45

Sans doute fragilisé par les travaux, le mur en cours de réfection s'est écroulé sur une trentaine de mètres, avenue des Ursulines



Le mur s'est effondré sur une trentaine de mètres côté avenue des Ursulines - Photo © DR
Le mur s'est effondré sur une trentaine de mètres côté avenue des Ursulines - Photo © DR
Une partie d'un mur d'enceinte extérieur de la prison centrale de Poissy (Yvelines) s'est effondré ce jeudi vers 13 heures, sur l'avenue des Ursulines. Cet accident n'a fait aucun blessé et n'a aucune implication sur le fonctionnement et la sécurité de l'établissement pénitentiaire qui abrite des détenus condamnés à de longues peines, voire à perpétuité.

Des travaux de restauration du mur étaient en cours. A-t-il été fragilisé par ces travaux ? Toujours est-il qu'il s 'est écroulé sur une trentaine de mètres de longueur. Les sapeurs-pompiers ont été appelés pour faire des recherches sous les gravas avec un chien pisteur. Cette partie située côté administratif de la prison n'a pas d'accès avec les détenus.

Le débat sur le transfert de la prison relancé ?

Un périmètre de sécurité a été mis en place et l'avenue des Ursulines a été fermée à la circulation pour une durée indéterminée, entre la rue des Prêcheurs et la rue Tournelle.

Par précaution, la direction de la maison centrale a sollicité l'intervention d'une équipe régionale d'intervention et de sécurité (Eris) un une unité propre à l'administration pénitentiaires. Une dizaine d'hommes entraînés aux situations de crise vont assurer la sécurité de l'établissement qui, rappelons-le, est implanté dans le coeur de la ville. 

Le sous préfet de Saint-Germain-en-Laye et le maire de Poissy, Karl Olive, sont allés sur les lieux, en début d'après-midi.

L'occasion pour Karl Olive de remettre à l'ordre du jour la question du déménagement à l'extérieur de la ville de cet établissement jugé vétuste. La question de la fermeture de cette prison qui accueille 230 détenus avait même été posée il y a quelques années. 




















AGENDA










Suivez-nous sur Facebook